Fables de Marie de France

Du 17 au 21 janvier 2024 - /

Rencontrez l’artiste de l’album illustré des Fables de Marie de France !
Nous sommes ravis de vous annoncer la présence exceptionnelle de l’illustrateur Fred L. lors de notre représentation le 20 janvier 2024. Après le spectacle, vous aurez l’occasion d’échanger avec l’artiste et de poser vos questions lors d’une session interactive. Venez nombreux et nombreuses !

500 ans avant Jean de la Fontaine, la poétesse Marie de France écrit de magnifiques fables animalières inspirées d’Ésope, ou puisant dans la littérature arabe et celtique.
Ce spectacle vous invite à plonger dans la forêt de Brocéliande, en compagnie d’un lutin troubadour et d’une harpiste, qui redonneront vie au « Corbeau et au renard », à la « Cigale et la fourmi », au « Loup et l’agneau »… sous la plume vive et pleine d’humour de la première fabuliste française.

Un livre géant vous fera voyager en mots et en musique dans l’antre d’un dragon, le marécage d’un moulin ou encore la grotte d’un loup, afin de découvrir ces leçons de vie drôles, mordantes, parfois féroces, qui apparaissent comme l’une des plus belles réussites poétiques du XIIe siècle.

« De tous temps, les femmes ont investi la sphère culturelle, le plus souvent dans l’ombre. Rayé des dictionnaires, le matrimoine remonte en scène. On applaudit ! » FEMME ACTUELLE

Coproduction : La Ferme de Bel Ébat – Théâtre de Guyancourt,
avec le soutien du Théâtre des Îlets – Centre Dramatique National de Montluçon.

mercredi 17 janvier15h
samedi 20 janvier15h
dimanche 21 janvier15h

Compagnie La Subversive.
Traduction : Françoise Morvan.
Mise en scène : Aurore Evain.
Composition musicale : Isabelle Olivier.
Costumes : Tanya Artioli. Scénographie : Carmen Mariscal.
Création graphique : Charline Fauveau.
Création vidéo et mapping : Philippe Séon.
Avec Matila Malliarakis et Isabelle Olivier (harpe).

Matinées scolaires

Mardi 16 janvier 9h30 14h30
Jeudi 18 janvier 9h30 14h30

Les réservations seront ouvertes à partir de septembre.
Demande d’informations par mail : espaceparisplaine@wanadoo.fr

Dossier pédagogique

Théâtre & Musique

Les Fables de Marie de France s’inscrivent dans la lignée des spectacles du matrimoine mis en scène par Aurore Evain comme La Folle Enchère de Madame Ulrich, Le Favori de Madame de Villedieu, Contes des fées de Mme d’Aulnoy et Mary Sidney, alias Shakespeare.
Dans son travail de compositrice, Isabelle Olivier accorde elle aussi une place particulière à la collaboration artistique avec des créatrices de toutes les époques.
La rencontre entre ces deux artistes est donc tout à fait prometteuse d’un sens profond donné à la parole féminine à travers les âges et les cultures.
Pour faire résonner ces fables, traduites et versifiées en français moderne par Françoise Morvan, la musique composée par la harpiste Isabelle Olivier se fait l’écho de la plume de Marie de France. Le costume et la harpe, transposition de la silhouette de l’autrice et de son pupitre, évoquent le portrait que nous ont transmis d’elle les enluminures de l’époque.
Les premières notes du spectacle font apparaître comme par magie les éléments et silhouettes du décor: le grand livre de Marie de France, où prendront vie des enluminures inspirées de bestiaires médiévaux ; trois paravents, nous invitant, par de poétiques jeux d’ombre et de lumière, à plonger dans les poumons de la forêt de Brocéliande : s’y jouent et s’y rejouent, au fil des notes et des pages du fablier, des saynètes de faunes explorant les chemins de vie que peut prendre l’existence humaine.
Une créature des bois, mi-Pan, mi-farfadet, mi- ménestrel, interprétée par l’acteur Matila Malliarakis, donne corps et voix aux mots de la fabuliste.

Marie de france

Marie est la première fabuliste de l’histoire mais aussi une des pionnières à écrire en langue d’oïl (d’expression française). Ni trouveresse, ni religieuse, elle revendique le fait d’appartenir à l’élite des lettres qui parle le français à l’époque, et elle accorde souvent une place inhabituelle à la parole féminine dans ses œuvres.
Quatre cent ans plus tard, Claude Fauchet la nomme Marie « de France » à partir d’un vers de l’épilogue de ses Fables : Marie ai nun, si sui de France (« J’ai pour nom Marie, et je viens de France »). La particule s’est greffée tel un nom car nous ignorons le sien. D’ailleurs, de sa vie on ne sait rien. Elle vécut vraisemblablement entre 1160 et 1210.
Contrairement à sa biographie, son corpus de texte, lui, est complet. Il est indiqué qu’elle est l’autrice de trois œuvres :
les Lais (vers 1170), les Fables (vers 1180) et l’Espurgatoire seint Patrice (après 1189).
C’EST QU’ELLE EST TRÈS ADMIRÉE ET QUE SES RIMES PLAISENT À TOUS. Denis Pirame, vers 1180
L’œuvre la plus connue de Marie aujourd’hui est son recueil de douze Lais : brefs récits d’amour et d’aventure en octosyllabes. Plusieurs d’entre eux sont imprégnés de merveilleux d’origine celtique, et tous s’enracinent dans le folklore de la Grande ou de la Petite Bretagne.
Mais c’est son recueil de fables qui valut à Marie toute sa renommée au Moyen Âge : on dit de lui qu’il est semblable à 103 miniatures poétiques finement ciselées.

Les fables

JEAN DE LA FONTAINE
Cette année, nous célébrons les 400 ans du célèbre fabuliste français. On dit que Jean, de 460 ans son cadet, de Marie n’a jamais entendu parlé. Et pourtant, ils ont en commun la transmission de fables connues de tous : « Le Corbeau et le Renard », « Le Loup et l’Agneau », « La Cigale et la Fourmi » et bien d’autres encore.

ORIGINES METISSES
L’originalité et la richesse des fables de Marie de France se trouvent dans le métissage de leurs origines : ses fables puisent leurs racines dans les textes de l’Antiquité (Ésope, Babrius, Avianus), mais aussi dans la littérature arabe et la mythologie celtique.

MORALITÉS INÉDITES
Bien plus que de simples traductions de textes anciens, Marie développe sous sa plume un principe moraliste unique, esquisse de manière inédite les traits de caractère de ses protagonistes, rendant ainsi leur for intérieur visible à tous, fine démonstration de sa maîtrise de l’art du récit.

DÉVELOPPEMENT PERSONNEL
Ici, la visée éducative originelle d’un futur prince devient un enseignement universel et intemporel. Marie éduque notre regard à voir la vérité en soi et en l’autre afin de nous préparer aux grandes étapes de l’existence.